Le prix du silence est d’or

Vivre le silence imposé peut être une épreuve. Il s’invite dans votre vie, prend toute la place. Vous subissez une décision prise par une personne de votre entourage (peu importe qu’il s’agisse d’un conjoint, enfant, parent, ami, voisin, collègue ….). Quelque soit l’origine, cette personne a fait le choix de maintenir une distance avec vous et d’inscrire le temps présent dans ce silence. Le titre de cet article est le prix du silence est d’Or. A ce stade, au moment où ce silence s’impose, vous ne voyez pas vraiment ce qui peut ressembler à de l’Or dans le vécu.

le silence est d'or

L’égo blessé prend les commandes

A chaque circonstance, il y aura une raison pour que le silence s’installe et toutes ces raisons paraitront injustes à celui ou celle qui subit et rendront l’instant inévitablement douloureux.  Le sol se dérobe sous les pieds…Et beaucoup en resteront là.

Puis arrive peut être la tristesse profonde si cette personne nous est proche et qu’on éprouve de l’amour pour elle. De l’incompréhension. Voir de la colère de devoir vivre une situation que nous n’avons pas choisie. De la frustration aussi de ne pas pouvoir maintenir les échanges tels qu’ils étaient. L’égo blessé s’agite, prend les commandes et crie sa souffrance : « Pourquoi m’imposer ce silence que je vis comme injuste ? 

Des émotions qui nous traversent par vagues.

Des vagues d’émotions nous traversent et nous entrainent dans leurs sillages. Elles changent notre état d’Etre. Elles s’immiscent dans chaque seconde de notre journée, emportant leur lot de moments de tristesse. Difficile de mettre de coté. Pour ceux qui ont du mal à patienter, ce peut être une torture. L’enjeu est de ne pas se noyer avec ces vagues.

Le silence est un vide

Face au silence, c’est le vertige. L’absence. La distance. Le gouffre ou la grotte : les hommes se retranchent dans leur grotte quand ça ne va pas ( cf le livre Les hommes viennent de Mars  et les femmes de Venus, et le spectacle de Paul Dewandre) et les femmes attendent à l’entrée de la grotte qu’ils viennent mettre en mots leur souffrance, et cela les stressent encore plus !
A ce moment là, le silence c’est le néant. c’est le vide. C’est la Non Vie.
C’est froid, c’est dur, c’est douloureux, voir cruel.

Avec ce silence c’est alors l’impuissance que l’on connecte, qui renvoie aussi à notre propre vécu.

Le silence est un plein.

Le silence est un plein. Il nous met à l’abri de l’agitation extérieure. Il ouvre un espace temps inconnu. Il est l’acteur d’un mouvement différent de ce qui était. Or la vie est impermanence. Le silence manifeste donc la vie. Il est ce temps du ressourcement. D’ailleurs de nombreuses personnes s’engagent désormais dans des retraites en silence, volontairement, pour taire le mental et connecter leur être profond. Le silence est mystique et de tout temps.

Le silence est d’Or

Ce silence nous oblige à nous poser. A revisiter notre présent. A réaliser que nous sommes en train de connecter quelque chose de précieux en nous. Il est l’occasion de regarder en soi, à quel moment dans notre vécu, notre passé, ce silence nous a blessé ?  Que se passait il à ce moment là ? Comment vivions nous la situation ? Et avec quelle parole avons nous brisé ce silence ? (Merci Virginie pour cette question !)

Quand on a vécu le silence imposé dès l’enfance, il y a comme un piquet ancré là. Alors la situation du présent vient appuyer sur cette blessure profonde. 

Soit on reste au stade de l’égo et on s’agite, au risque de se perdre et de perdre aussi la personne qui nous était proche.

Soit on accepte de regarder ce qui fait mal en nous. Quelle association inconsciente faisons nous avec ce silence ?

Personnellement j’associais le silence à la Non Vie, à la non possibilité pour mon ETRE d’exister tel qu’il est, à la non autorisation de prendre ma place dans cette vie. C’est un ancrage puissant qui s’est inscrit dans les premières années d’existence.

Vient alors le temps de la compréhension que celle ou celui qui nous impose ce silence est en fait en train de répondre à une demande (non verbalisée) de tout notre être à vouloir se libérer d’un poids, d’une chaine qui entrave notre épanouissement.

Celle ou celui qui nous impose ce silence, et que nous subissons comme une victime, nous offre en réalité un merveilleux cadeau  qui touche à notre liberté intérieure. (Les frissons me viennent en écrivant ces mots !) Alors oui : le SILENCE est d’ OR

Reste maintenant à le vivre pleinement, avec l’envie de remplir ce temps, de soi, de vie, et de joie.

Et ce silence est aussi pour celui qui en est à l’origine, un temps de cheminement intérieur, qui le conduira vers la lumière. Alors le bénéfice de ce TEMPS rayonnera à nouveau sur les deux et leur entourage. Voilà pourquoi le prix du silence est d’ OR

Amor Fati

4 réflexions au sujet de « Le prix du silence est d’or »

  1. Merci Laurence pour cet article. Je suis dans cette situation, ce silence au départ pesant, lourd, difficile émotionnellement qui me touche plus que je ne l’aurais souhaité. Un silence où mon égo a pris cher parce que je me suis retrouvé face à moi même. Que faire ? Quoi faire ? Se respecter, respecter l’autre, quelle est le juste équilibre dans cette relation ?
    Oui j’ai été remué grandement. D’abord mes blessures de rejets et d’abandon, ce qui confirmait mon égo de je suis nulle.
    Ensuite je me suis souvenu au détour d’une méditation, que ma croyance était de penser : La meilleure réponse face aux imbéciles c’est le silence. Une fois que j’ai pris conscience de ça. Je suis allée mettre un peu de lumière dans ma part sombre.
    Et là j’ai fait le vide. Et ce vide au départ terrifiant, parce que je n’avais rien à quoi m’accrocher, est devenu mon ami. C’est dans mon vide, que j’ai pu prendre ma propre place. Ne pas m’accrocher à l’autre, ni dépendre de l’autre, mais à moi. Juste à moi.
    Grâce à ce silence, j’ai pris ce temps pour moi, pour vivre ma vie aussi.
    J’espère que ce silence imposé ne sera pas le dernier mot. Et si tel est le cas, alors c’est que j’apprendrais encore de ce silence.
    Merci pour ce silence d’Or, il n’est plus pour moi du à mon auto-jugement de débile, nulle, imbécile. Il est désormais l’expression de ce que je suis, de mon être dans ce qu’il est, dans l’amour que je me porte.
    Et ce soir, je suis reconnaissante que ce silence est pu exister, grâce à cette expérience, j’ai lâché ce que je croyais de moi.
    Tu avais raison, le fait de l’écrire ici et non en MP vibre autant en moi qu’à l’extérieur de moi.

    1. Merci beaucoup Emilie pour ton témoignage dont je perçois la puissance. Je ressens ce que tu exprimes pour avoir fait ce chemin aussi. C’est fort d’avoir touché ce que tu exprimes là :  » Ne pas m’accrocher à l’autre, ni dépendre de l’autre, mais à moi. Juste à moi. » Prendre sa place, connecter sa puissance. C’est un cadeau mais que c’est rude ce chemin quand on le traverse. Ton partage me touche. Merci

    1. Merci Djeffa pour ton partage. Je formule le souhait que cette porte désormais ouverte laisse entrer un flot de lumière suffisamment puissant pour définitivement permettre l’ouverture à cet endroit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *