Ouvrir la perspective, ouvrir en soi

Face à certaines situations, une impression de blocage s’installe parfois. Comment faire pour sortir de ce statut quo ? Changer d’angle, ouvrir la perspective, essayer de regarder la scène par un autre biais. L’arcane 12 du tarot représente le pendu accroché à une corde par le talon. Si la carte est retournée, la perspective est tout autre : on y découvre un personnage qui apparait léger, sur un pied, presque à sautiller. Et si la leçon était d’accepter de se regarder bloqué et intégrer qu’il ne s’agit que de poser un autre regard ?

ouvrir la perspective

Ce n’est pas le paysage qui est petit c’est la fenêtre par laquelle je regarde

Quel cheminement emprunter ?

  • La première étape est l’accueil de ce qui est ; vous êtes bloqué, précisément là, se regarder tel que vous êtes, sans jugement. Puis accueillir un lâcher prise. S’abandonner à une confiance en la vie : il existe une solution, même si elle ne se dessine pas pour l’instant.

  • Posez le sujet, le sortir de soi. Rappelez vous il s’agit d’ouvrir la perspective. Ecoutez les autres se prononcer, entendez par quelle porte d’entrée ils se placent pour voir votre scène. Et écoutez en vous les résistances ou au contraire le sentiment d’accord, au fur et à mesure de leurs paroles. Ce qui se frotte à nos conceptions révèlent des trésors, que nous balayons souvent trop rapidement, car dérangeants.

  • Puis S’AUTORISER à se déplacer à ce point de vue de l’autre et y regarder le paysage

  • Prendre conscience qu’il n’y a pas un unique angle de vue, que le paysage est en fait infini. Réaliser que c’est ce que vous êtes à l’instant T qui vous amène à regarder par cette fenêtre et à envisager le paysage comme une réalité, dans cette limite visuelle.

  • S’apercevoir que beaucoup d’autres personnes comme vous sont aussi face à une fenêtre et c’est « normal » d’y être. Pas de culpabilité surtout.

  • Se déplacer pour voir au delà de la fenêtre est un CHOIX. Vous avez toujours le choix dans la vie, même si ce choix vous ne voulez pas le voir car il vous donne de la responsabilité et que la posture de victime est parfois plus confortable, puisque, elle au moins, est familière.

  • s’interroger sur ce qui fait les contours de cette fenêtre par laquelle vous regardez ce paysage ? C’est bien le bâti, la construction, les matériaux choisis et apportés là. C’est l’assemblage de tout cela. C’est la construction mentale, l’héritage psychogénéalogiqe, les croyances, les conditionnements, vos émotions du moment…

Ouvrir la perspective c’est ouvrir en soi des espaces

Et si vous faisiez le choix de prendre le risque d’une fenêtre plus grande ? Et si vous décidiez d’ouvrir la perspective,  de sortir de la limite de la fenêtre pour plonger dans le paysage et faire corps avec ce qui n’était qu’un décor ? Alors que se passerait il en vous ? Qu’apprendriez vous de vous ? Seriez vous heureux de découvrir de nouvelles parties de vous pas encore exprimées ? Ou au contraire ressentez vous de l’appréhension à aller au delà de ce qui est connu ?

C’est là que commence le chemin pour OSER ETRE SOI et ne pas se limiter à ce qu’on croyait être, comme cette simple fenêtre, symbole de l’ouverture entre deux mondes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *